Volet « Écologique »

  • L’énergie éolienne est écologique !

FAUX !

Il n’y a pas de production énergétique « propre » c’est à dire sans émission polluante car il faut aller la chercher pour la convertir en électricité. La pollution vient de la transformation du vent en électricité. La vérité c’est que les éoliennes ont une durée de vie limitée (leur mécanisme se fragilise) et produisent moins d’énergie durant leur durée de vie que ce qu’elles coûtent à fabriquer.
Fabriquer ces sources d’énergies « vertes » requiert de l’énergie, issue en majorité de l’extraction d’énergies fossiles, (souvent des minéraux rares), du transport, de la construction de ces engins etc. sans compter l’énergie nécessaire pour les démanteler puis les détruire parce que majoritairement non recyclable.
Le bilan « carbone » est très important :
Au plan technique par exemple, l’éolienne (V100) de 2 Mégawatts de Vestas c’est :
• Une nacelle : 70 tonnes
• Un mât : 235 tonnes
• Rotor + moyeu : 40 tonnes
• Un socle béton : 250 à 400 m3 de béton ce qui représente un poids de 500 à 900 tonnes.
Constituée en partie pour :
• : 60% d’acier issu d’environ 100 tonnes de minerai de fer,
• : 35 % de cuivre soit plus ou moins 15 tonnes,
• : 600 à 700 kg d’aimant par MW de capacité etc.
Tout ceci à un coût carbone important d’autant que ces éoliennes sont fabriquées et transportées depuis le Danemark, l’Allemagne, la Chine …Au plan écologique, le bilan est plus que négatif :
• La structure en béton ferraillé est indestructible,
• Les pales en résine composites sont non recyclables sauf à être brûlées,
• Les huiles de lubrification gorgées d’additifs ne peuvent être réutilisées,
• Les poussières dues à l’usure des métaux spécifiques des turbines sont dangereuses …
• Si seulement l’énergie éolienne pouvait, en dépit de sa rentabilité dérisoire pouvait nous débarrasser de nos centrales au charbon et au gaz nous pourrions pour des raisons écologiques nous cramponner à l’idée de développer l’éolien en France.
Seulement voilà, c’est tout le contraire ! L’existence même de centrales au gaz et au charbon en France ne s’explique que pour des raisons de lissage de la production électrique « verte ». Concrètement, EDF utilise les énergies fossiles, éolienne, hydroélectrique et autres … afin de répondre au pic d’utilisation (principalement le matin et le soir ainsi qu’en hiver). Depuis 2005, c’est 24 nouvelles centrales thermiques qui ont vu le jour.
• L’énergie éolienne est par nature complètement imprévisible et donc complètement inutilisable quand il s’agit de fournir un appoint au réseau à un moment « T » bien précis. La production est aléatoire, très corrélée d’une éolienne à l’autre: les chutes de vent affectent toutes les installations d’une même zone. Cela entraîne des instabilités du réseau de transport qui peut être déséquilibré, avec risque de panne, si la proportion d’éoliennes est trop importante. En fait, partout où l’éolien ou le solaire ont pris une place importante dans le mix-électrique, on assiste à une dépendance accrue aux énergies fossiles de manière à contrebalancer la fourniture d’énergie complètement erratique de ces sources d’énergie.
• Vouloir augmenter la part de l’éolien, ou du solaire, dans le mix-énergétique, c’est vouloir augmenter la part du charbon et du gaz naturel et donc, in fine, augmenter les émissions de gaz à effet de serre.
Quand le vent ne souffle pas sur une région française, l’énergie éolienne sera automatiquement produite dans une autre partie de la France voire de l’Europe : FAUX : Ainsi que vous pouvez le voir sur la carte du 20/12/2016. Quand il y a du vent sur notre pays c’est généralement sur toutes les régions et quand il n’y en a pas c’est également vrai : Il manque partout.
Vous pourrez le constater quotidiennement en allant sur le site Ventusky wwwventusky.com .

  • Les éoliennes font-elles des dégâts sur la faune ?

Les dégâts sur la faune sont avérés partout dans le monde, oiseaux, chauve-souris meurent pas milliers chaque année. L’enquête publique sur Lorcy fait état de 2.138 impacts sur une éolienne et en une nuit… Beaucoup d’études de toutes natures ont été faites sur ce sujet. La ligue protectrice des oiseaux a collecté ces études et constaté que le nombre d’oiseaux tués serait compris entre 18 et 60 par an et par éoliennes.