Pollution de l’Aulne : l’usine de méthanisation autorisée à redémarrer

30 mars 2021

Pollution de l’Aulne : l’usine de méthanisation autorisée à redémarrer

 

France 3 Bretagne, le 08/10/20

 

L’usine de méthanisation de Châteaulin va pouvoir redémarrer. Elle était à l’arrêt depuis le 25 août dernier, après avoir provoqué une importante pollution de l’Aulne, dans le Finistère, suite à un dysfonctionnement du système de sécurité. 180 000 personnes avaient alors été privées d’eau potable.

 

Le préfet du Finistère Philippe Mahé a pris ce jeudi un arrêté autorisant la reprise progressive de l’activité de réception des déchets dans l’usine de méthanisation Biogaz  de Châteaulin. Il s’est rendu sur place lundi, afin de “constater l’effectivité des travaux de remise en conformité”. Cette reprise progressive de l’activité devra permettre de démontrer que les travaux réalisés sont efficaces, précise la Préfecture, qui dit maintenir une “surveillance accrue des installations” et proposera si besoin “des prescriptions complémentaires”.

Usine stoppée suite à une pollution dans l’Aulne

 

Le 25 août dernier l’usine était en effet stoppée, suite à un arrêté de la Préfecture, avec suspension immédiate de la réception des déchets dans cette installation. Quelques jours auparavant, le 19 août, le méthaniseur de Châteaulin, touché par un dysfonctionnement de son système de sécurité, provoquait en effet une importante pollution dans l’Aulne. Pollution, qui durant quelques jours privait d’eau potable, 50 communes, soient quelque 180 000 personnes. Et puis le 23 août un nouvel incident était signalé, révélant “des fragilités du système de prévention des risques de l’exploitant”, indique encore la Préfecture .

L’exploitant Engie Bioz, confirme dans un communiqué que “les mesures déployées permettent aujourd’hui d’assurer le redémarrage de l’unité tout en assurant à la population de Châteaulin et des communes avoisinantes que ce type d’évènements ne puisse plus se reproduire”. Pour ce qui est des travaux de remise en conformité, il s’agit de la “mise en œuvre d’un système de sécurité avec un arrêt complet du pompage de digestat en cas de défaut de communication d’un des capteurs”. Par ailleurs, “le bassin d’eaux pluviales a été totalement isolé au sein de la zone de rétention du site et le dispositif de rejet vers l’extérieur ne peut se faire qu’avec le déclenchement manuel d’une pompe”.

Une centrale inaugurée en 2018 pour traiter fumier, lisier ou déchets de l’industrie agroalimentaire

 

L’usine est située à environ un kilomètre de l’Aulne et en amont d’une usine d’eau potable. L’écoulement du digestat dans l’Aulne a provoqué un pic d’ammoniaque,  rendant l’eau impropre à la consommation. L’usine injecte dans le réseau gazier du méthane produit à partir de fumier, de lisier ou de déchets de l’industrie agroalimentaire. Elle valorise chaque année 30 000 tonnes de substrats et alimente 6 100 personnes en gaz renouvelable. Le digestat sert ensuite de fertilisant épandu sur les terres agricoles. Cette centrale a été inaugurée en 2018 par Sébastien Lecornu, alors secrétaire d’État à la Transition écologique.

Parmi les communes concernées par la pollution, figuraient notamment Châteaulin (5 774 habitants), une grande partie de Quimper (63 000 habitants) et la très touristique presqu’île de Crozon.