Accueil

 



NON aux éoliennes industrielles à Oussoy et Varennes (45290)

Le calvaire des habitants de plusieurs communes du Gâtinais se poursuit, et même s’intensifie à la sortie de la crise de la Covid.

Nordex, constructeur allemand d’éoliennes industrielles, et promoteur français expert en optimisation fiscale, compte bien défigurer notre campagne, en ruinant la vie des habitants, mais aussi en détruisant leur avenir!

La bétonisation de nos paysages transformés en zones industrielles, privées de vie se fera grâce à nos factures d’électricité et à l’argent public gaspillé!

Mais tout cet argent ne sera pas perdu pour tout le monde…

La pétition ici

D’avance merci de signer pour nous aider, aider l’avenir de la ruralité,
ainsi que l’avenir de la France et de ses enfants…

Joël AVRIL

45290 OUSSOY EN GATINAIS

Riverain et victime de l’éolien industriel



 

Solidarité contre les éoliennes:

Onze Fédérations nationales et internationales ont adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron

 Objet : Lettre ouverte au Président de la République

 le 18 juin 2020

Monsieur le Président,

En soulignant, le 14 janvier dernier, que « le consensus sur l’éolien est en train de nettement s’affaiblir », que « la capacité à développer massivement l’éolien est réduite » et « qu’on ne peut l’imposer d’en haut », tandis que Madame Elisabeth Borne reconnaissait l’existence de « saturations visuelles absolument insupportables », vous avez redonné espoir à tous ceux qui luttent contre une agression environnementale inouïe par son ampleur et sa brutalité.

Nous souhaitons vous alerter sur l’urgence de la traduction en actes de cette orientation nouvelle :

Chaque semaine de nouveaux projets éoliens sont autorisés par les préfets dans des sites emblématiques malgré l’opposition des riverains, des maires, des commissaires enquêteurs, des architectes des Bâtiments de France, comme sur les sites de la cathédrale de Sées dans l’Orne ou de Banyuls dans les Pyrénées orientales.

Ces véritables coups de force administratifs provoquent désormais une très vive hostilité des populations riveraines.

Le cas de la Montagne Sainte Victoire connue mondialement grâce à Cézanne et figurant à la demande de la France sur la Liste indicative des biens de valeur universelle exceptionnelle destinés à être inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO est particulièrement édifiant : Le projet d’implantation de 22 éoliennes à seulement 10km de son sommet a suscité une pétition signée à ce jour par plus de 17.000 personnes alors que le promoteur de ce projet a lancé les travaux d’aménagement sans attendre l’issue d’un recours devant la juridiction administrative…De toute la France remontent les plaintes de ceux qui subissent déjà l’implantation anarchique des plus de 8.000 éoliennes existantes :

  • pollution visuelle et sonore, de nuit comme de jour,

  • impact sur la santé des personnes riveraines et effondrement de la valeur des biens immobiliers,

  • impact sur la faune animale qu’il s’agisse d’espèces  protégées  ou  de troupeaux d’élevage,

artificialisation irrémédiable des sols par des socles en béton de plus en plus massifs,

  • sous-estimation manifeste du coût du démantèlement, lequel restera largement à la charge des collectivités publiques le moment venu,

  • caractère intermittent, aléatoire et imprévisible de la production d’électricité d’origine éolienne, qui oblige à recourir à des énergies de substitution, gaz ou charbon, lesquelles augmentent les rejets de CO2,

L’implantation « harmonieuse » de 6.500 nouvelles machines encore plus puissantes est un

Leurre qui va à l’opposé du diagnostic que vous avez porté.

La consultation publique récemment conduite à l’occasion de la révision de la

« Programmation pluriannuelle de l’énergie » (PPE) a montré que 70% des avis recueillis étaient hostiles à l’éolien, confirmant ainsi votre jugement.

D’autres pays que le nôtre tels que le Royaume Uni, l’Allemagne, le Danemark et l’Espagne, ayant fait l’expérience du coût prohibitif de l’éolien et de son inefficacité en termes de réduction des émissions de CO2, ont interrompu les systèmes d’aide en vigueur pour l’éolien terrestre et donné un coup d’arrêt à sa prolifération.

Alors que la PPE a été publiée en catimini le 20 avril dernier sans avoir tenu le moindre compte de la consultation organisée à l’occasion de sa « révision » pour laquelle nous avions présenté un projet alternatif, nous proposons que trois mesures soient prises au plus vite :

  • Accroître la distance minimale entre les éoliennes et les habitations. Cette distance, 500 mètres à l’égard de toute habitation ou monument, a été fixée à une époque où les éoliennes étaient deux fois moins hautes qu’aujourd’hui et donc moins A présent surgissent des projets de 200 mètres de haut, soit la hauteur de la tour Montparnasse.

La distance minimale devrait être portée à 10 fois la hauteur de l’éolienne, pale comprise, comme c’est le cas en Bavière ou en Pologne.

  • Rendre obligatoire l’avis de l’architecte des bâtiments de France dans le cadre de l’instruction de projets d’implantation d’éoliennes, quel qu’en soit le nombre, dans un rayon de 10km des monuments historiques et des sites protégés (sites classés et sites patrimoniaux remarquables) ainsi que celui de la Commission régionale du Patrimoine et de l’Architecture, pour ces mêmes projets, dans le cas de recours devant le préfet de région.

  • Réduire le prix d’achat de l’électricité produite par les éoliennes en appliquant la procédure des appels d’offres à tout projet d’installation d’éoliennes quel que soit leur Cette formule préconisée par l’Union européenne permettra d’éviter le maintien de recettes garanties exorbitantes dont le coût pour la collectivité croît de manière exponentielle. Elle n’est actuellement applicable que pour les ensembles de plus de 6 éoliennes, et se trouve donc systématiquement contournée.

Nos associations nationales, mais aussi européennes et internationales, réaffirment leur attachement aux paysages de la France, qu’ils soient exceptionnels ou du quotidien. Ils forment en effet le cadre de vie des Français et l’écrin de nos monuments les plus précieux. Ils sont admirés et visités par des millions de touristes en provenance de l’Europe et du monde entier. On ne saurait les sacrifier à l’éolien dont l’impact environnemental est globalement négatif.

Nous sommes à vos côtés pour construire une autre voie conduisant à une transition écologique acceptée par tous les citoyens.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Président, en l’assurance de notre très vive

Considération.

Stéphane Bern

Gilles Alglave, Président de Maisons Paysannes de France

Christine Bru, Vice-présidente de Patrimoine Environnement

Jean-Louis Butré, Président de la Fédération Environnement Durable

Denis de Kergorlay, Président de la French Heritage Society

Julien Lacaze, Président de Sites et Monuments

Olivier de Lorgeril, Président de la Demeure Historique

Marie-Georges Pagel Brousse, Présidente de Rempart

Hermann Parzinger, Président exécutif d’Europa Nostra

Olivier de Rohan Chabot, Président de La Sauvegarde de l’art français

Daniel Steinbach, Président de Vent de Colère

Philippe Toussaint, Président des VMF (Vieilles Maisons Françaises)



 

NOS ADHERENTS DENONCENT LES MANOEUVRES DES PROMOTEURS

 

Michel SAUVAGE                                                                                                                   Treilles en Gâtinais, le 8 Juin 2020
23, rue de la Cigogne
45490 TREILLES en GATINAIS

 

Madame Emilie LENARDUZZI
MAZARS Concertation
61, rue Henri Regnault
92400 COURBEVOIE

Monsieur Laurent GUILLAUME
VSB Energies Nouvelles
74 c, rue de Paris
35000 RENNES

Monsieur Steve MULLER
INTERVENT
3, Boulevard de l’Europe
68100 MULHOUSE

 

Lettre recommandée avec AR et envoi par mail

OBJET : Projet éolien Courtempierre, Treilles et Gondreville, votre démarche de concertation

 

Madame, Messieurs,

 

J’ai pris connaissance de votre lettre d’information n° 4 envoyée par mail le 15 mai 2020 et de la vidéo associée.

Ces documents, comme ceux précédemment reçus (lettres d’information et comptes rendus) font largement état et grand cas d’une démarche de concertation volontaire initiée par les sociétés VSB et Intervent avec le concours de Mazars Concertation.

J’ai voulu croire à la sincérité de cette démarche de concertation en participant à toutes les
réunions organisées par Mazars à Gondreville. J’ai malheureusement dû me rendre
rapidement à l’évidence : cette soi-disant démarche de concertation, les documents qui en
ressortent et la formulation choisie ne sont qu’un habillage visant à faire croire à des tiers et à l’Administration que les habitants des villages concernés sont favorables à votre projet.
Aucune véritable concertation n’a été initiée durant ces rencontres qui se sont révélées être en fait des réunions de distillation d’informations (parfois fausses), de promotion du projet et d’intoxication.

Je qualifie les sujets abordés durant ces réunions de ‘’secondaires’’ ou ‘’de seconde phase’’,
non parce qu’ils sont dénués d’intérêt mais parce qu’ils sont relatifs au développement détaillé du projet comme si le principe même de celui-ci avait été préalablement débattu et validé, ce qui n’a pas été le cas.

Au passage, je vous invite, comme l’ont déjà fait les représentants de l’Association PRO-T-G,
à vous remémorer la définition du mot ‘’concertation’’.

La première étape d’une véritable concertation aurait été de débattre autour de la question:

– acceptez-vous que des éoliennes soient installées sur le territoire de votre
commune ?

ou, à minima :

– à quelle distance des habitations de votre commune accepteriez-vous que des
éoliennes soient installées ?

En lieu et place de ce processus, vous nous avez présenté durant la réunion de décembre 2019 deux plans d’avant-projets d’implantation et avez souhaité que les participants à cette réunion à effectif volontairement limité ‘’choisissent’’.

La réaction a été unanime : ‘’ni l’un ni l’autre, nous ne voulons pas d’éoliennes’’.

Réponse non retranscrite dans le compte-rendu ni prise en compte dans la suite de la démarche.

Concernant la distance entre habitations et éoliennes, vous avez systématiquement refusé de discuter de la théorie des ‘’10 fois la hauteur’’ en y opposant avec obstination votre choix
d’une distance de 500 mètres (voire d’une variante à 800 mètres) qui respecte une
réglementation obsolète fixant cette distance à 500 mètres minimum.

Nous n’avons manifestement pas la même conception d’une démarche de concertation.
Autre point : une démarche de concertation ne peut qu’être basée sur le respect des personnes et de leurs préoccupations en regard du sujet en discussion. Le cynisme de Monsieur Guillaume qui déclare dans l’interview vidéo (time pt 17’ 45’’) que les mesures
compensatoires et les rentrées fiscales donneront aux communes les moyens de réaliser des aménagements améliorant la vie de tous et réduisant les petits désagréments du quotidien … est inacceptable.

Comment est-il possible, dans une démarche de concertation, de qualifier de petit
désagrément la transformation d’un cadre de vie rural, tranquille et 100% naturel en une zone industrielle constituée d’un parc de machines laides, bruyantes, néfastes, anti-économiques, anti-écologiques et parfaitement inutiles puisque ne produisant de l’énergie que par intermittence et sans possibilité de pilotage ?

Comment est-il possible, dans une démarche de concertation, de qualifier de petit
désagrément la baisse importante de la valeur de nos biens immobiliers voire l’impossibilité
de trouver des acquéreurs potentiels ? Réalité démontrée par des participants ayant travaillé le sujet et balayée d’un revers par Monsieur Guillaume sur la base d’arguments totalement fantaisistes (voir page 13/40 du CR de la réunion du 19 février 2020);

En espérant que les prochaines réunions n’auront pas de ‘’concertation’’ que le nom et qu’il
sera possible d’y débattre des données essentielles du projet dont le choix même de la zone
d’implantation et de la distance aux habitations.

Meilleures salutations,

Michel SAUVAGE

Lettre ici en PDF



PROTECTION DES TERRITOIRES GATINAIS PRO.T.G

28, allée des Houys 45490 COURTEMPIERRE

 

Cotisation 2020

Chers adhérentes et adhérents

C’est maintenant  :

27 éoliennes de 180 mètres de haut à 500 m des premières habitations
ou
16 éoliennes de 220 mètres de haut à 800 m des premières habitations qui nous sont imposées…

Les promoteurs et les propriétaires terriens disent que l’on ne peux plus s’y opposer. C’est de la désinformation voire de la fake news.

Nous allons au combat devant plusieurs juridictions.

Tous ensemble nous gagnerons.

ANNEE 2019

Nos Actions s’étendent sur une zone de 6 km autour des éoliennes en projet (distance légale de consultation des citoyens de l’enquête préliminaire).

 2.000 foyers sont contactés sur 10 communes pour préparer la réaction à cette enquête.

Ce bilan, au crédit de bénévoles et avec des moyens limités, ne peut se concevoir sans un minimum de financement. L’impression de près de 12 000 tracts depuis le début de nos opérations, même imprimés sur nos imprimantes personnelles représente une bonne part de nos dépenses ; la moindre consultation d’avocat spécialisé nous est facturée 300 euros, soit l’équivalent de 15 de nos adhésions.

Dans le futur, la nécessité de présenter notre requête devant les tribunaux (comme le font aujourd’hui 700 associations dans notre cas), nous engage à créer une réserve financière ambitieuse. C’est dans cet esprit que nous sollicitons votre cotisation 2020. Nous n’avons pas souhaité modifier le montant de cette cotisation de 20 euros compte tenu des difficultés auxquelles certains d’entre vous sont confrontés ; un engagement plus modique sera toujours le bienvenu.

Nous espérons cependant un élan de participation supérieur à notre modeste demande afin de pouvoir mettre de notre coté toutes les chances de succès dans notre combat.
Merci d’adresser votre cotisation par courrier au 28 allée des Houys  45490 COURTEMPIERRE
– par chèque libellé à : Protection des territoires Gâtinais
– par virement bancaire sur le compte de l’association (un RIB vous sera envoyé par mail sur simple demande).

Notre combat, c’est aussi le vôtre ; aidez nous.
J P Masson
Trésorier

ANNEE 2018

L’association se fait connaître ; l’information sur le projet est largement diffusée dans la presse, dans les villages directement concernés puis dans les villages environnants, notamment par voie de tracts, auprès des autorités locales et au plus au niveau de l’état (chambre des députés, sénat).

563 lettres personnelles destinées au préfet décideur sont rassemblées dans l’attente de l’enquête publique officielle, 100 adhérents cotisants supportent financièrement nos actions.

DECEMBRE 2017

L’association se structure

JUIN 2017

L’association PRO T G est crée pour contrecarrer ce projet.

FEVRIER 2017

Par les bons soins de Monsieur le Maire de Courtempierre, un projet éolien sur les communes de Courtempierre, Treilles en Gâtinais et Gondreville la Franche est révélé.



Association PRO.T.G : Association Protection des Territoires Gâtinais

Ce site est le vôtre.

Tous unis nous réussirons à faire annuler ce projet de parc éolien de 27 machines de 180 mètres de haut ou 16 de 220 m, a quelques centaines de mètres des portails de nos maisons.

Pouvons-nous accepter la pollution de ces édifices au moins aussi hauts que 20 immeubles de 37 étages (presque la tour Montparnasse) face à nos jardins pour un gain énergétique très inférieur à ce qui est prétendu ?

La réussite de notre action passe par une mobilisation générale de la population de toutes les communes concernées : Courtempierre, Corbeilles, Girolles, Gondreville, Mignères, Mignerettes, Préfontaines, Treilles.

Nous avons besoin de VOUS. Comment agir ?
1°) Vous pouvez adhérez a l’association qui a besoin de ressources
– pour ce site
– pour imprimer des tracts
– pour adhérez a des fédérations d’associations

2°) Vous pouvez participer activement en consacrant un peu de temps à notre lutte.

Cela va de la distribution de tracts dans les boites aux lettres à des actions individuelles telles que faire un peu de pub auprès de vos amis et vos voisins et de les inviter à adhérer à l’association.

Mais cela peut aussi être aussi une contribution collaborative :
– pour appuyer le dossier juridique contre les acteurs/décideurs de ce projet (prise illégale d’intérêt, conflit d’intérêt, non respect de la loi …) si vous êtes juriste ou avocat
– pour étayer le dossier technique visant à discriminer l’information de la désinformation que nous subissons si vous êtes ingénieurs ou très informé
– pour monter le dossier financier démontrant que le retour sur Investissement annoncé est faux et que les propriétaires ou leurs héritiers prennent un risque important
– pour monter le dossier lobbying vis à vis des élus et des pouvoirs publics
– pour prendre en charge la communication médias/presse si vous avez une belle plume ou si vous travaillez dans ce domaine
– pour nous appuyer sur la communication web (photoshop indesign, référencement)  si vous travaillez dans ce domaine
– pour intervenir sur les réseaux sociaux (Facebook, twitter, instagram, chaine you tube
– …

Enfin l’Association PRO.T.E.G , Association Protection des Territoires Gâtinais, a besoin de votre carnet d’adresses.  Faites connaitre l’Association autour de vous, auprès des personnes concernés directement (habitants et élus locaux,…) ou indirectement (journalistes,…)

N’hésitez pas à nous contacter :

PROTECTION DES TERRITOIRES GATINAIS

28, allée des Houys

45490 COURTEMPIERRE

eoliennes45@gmail.com                              www.pro-t-gatinais.fr