Publications


Ce qui nous arrivera bien sûr si nous baissons les bras! 

Etudes Ecolos à revoir !!!

EOLIENNES ABANDONNEES AUX USA !

 

             

 

En France nous sommes toujours un peu en retard et là, en voyant ce désastre, nous pourrions prendre un peu d’avance.

Eh bien non, nous y allons, droit dans le mur.

Vive le vent de la connerie !

 14.000 ÉOLIENNES ABANDONNÉES AUX USA !


Les États Américains ont été très tôt, les premiers bernés par la « religion » du vent, et ses apôtres ! 


Dès 1981, sous la poussée des «verts », les gouvernements de différents états Américains, dont entre autres la Californie et Hawaï ont lancé la construction de ce qu’ils appellent les « Wind Farms ».

Les financements de ces mégaprojets ont été évidemment payés par les taxes des contribuables.

Comme en Europe, des taxes payées par les Citoyens….

Il a fallu dix ans pour se rendre compte que les éoliennes n’étaient pas rentables pour des raisons évidentes : énergie intermittente donc rendements totalement insuffisants, coûts de maintenance et coûts de fonctionnement faramineux…

car pour que les mécanismes des éoliennes ne se dégradent pas, il faut qu’elles tournent.

Le comble, c’est de devoir les faire tourner quand il n’y a pas de vent ! et comment me direz-vous ?

en consommant de l’électricité bien sûr ! 


Un autre dilemme s’est présenté, il a fallu arrêter les éoliennes quatre mois par an,

car elles décimaient des milliers d’oiseaux migratoires.

Un des sites d’éoliennes a recensé plus de 10.000 oiseaux tués sur une année !

 

Les financiers américains et les contribuables US sont des gens pragmatiques.

Ils ont fait leurs comptes. La bulle énergétique éolienne n’était valable qu’avec les subsides des gouvernements des différents états.

Et au grand désespoir de tous les lobbies et associations d’illuminés verts, les gouvernements ont décidé de tout arrêter.


Le résultat global est apocalyptique en plus d’être une énorme perte financière.

 Donc, depuis des années 14.000 éoliennes, croupissent, se déglinguent, rouillent dans les immenses « Wind farms » abandonnées à tout jamais.

Des fortunes dépensées à la gloire du dogme vert.


Il reste une question importante :

les écolos ont-ils fait des études de rentabilité sur leurs élucubrations…

à moins qu’ils ne se disent que les citoyens paieront de toutes façons.

En France un même désastre est à prédire !

N’est-il pas répréhensible de lancer un projet sans comparer avec les réussites et les ratés d’autres pays dans ce domaine. Cela s’appelle pour les vrais professionnels : « Un retour d’expérience ».


Mais peut-être que les écolos, enfermés dans leur bulles ne sont pas à l’écoute des autres, imbibés de leurs dogmes et pénétrés de leur intégrisme.


La transition énergétique allemande est une véritable catastrophe : 5 millions de foyers ont du mal à payer leurs factures d’électricité et 340 000 foyers ont été coupés du réseau, parce qu’ils ne le peuvent plus.

La course à un avenir mythique du 100% vent et soleil se poursuit à un rythme effréné en dépit du fait que cette « réalité » recèle en elle une impossibilité technique et physique. Mais en attendant le « miracle », les Allemands continuent de d’utiliser régulièrement le charbon ou lignite, qu’ils complètent  par l’importation massive de la production… nucléaire française.
Cette obstination éolienne et solaire synonyme de chaos sur les réseaux, a déjà mis en orbite les prix de l’électricité sur le marché. Et la situation ne fait qu’empirer.

Pierre Gosselin nous explique comment l’ Allemagne en est arrivée là.

Les prix de l’électricité en Allemagne devraient continuer à monter en flèche en 2019 en raison des 50 milliards d’euros annuels de redevances de réseau et de rachat d’électricité.
Pas de zone Tricks
Pierre Gosselin
16 avril 2019

Selon le quotidien économique en ligne allemand Handelsblatt, le prix de l’électricité en Allemagne devrait connaître une hausse considérable en 2019, en raison de l’augmentation de 8% du coût d’exploitation du réseau électrique. Les prix déjà fort élevés n’en deviendraient que plus insupportables. 

Handelsblatt cite les estimations du groupe de réflexion allemand « Agora Energiewende« , qui rapporte que les revenus des opérateurs de réseaux s’élèvent à 24 milliards d’euros cette année.

Selon l’Agora, « les coûts autrefois appelés « coûts de réseau » devraient augmenter de 6 à 8 % au total« . Pour les particuliers, le réseau s’élevait déjà à 7,17 centimes par kilowattheure en 2018, contre 6,79 centimes par kilowattheure prélevés pour les tarifs d’alimentation en énergie renouvelable.

Selon Handelsblatt, « le prélèvement de l’ EEG et des redevances de réseau s’élèvent donc à plus de 50 milliards d’euros par an« . L’augmentation des tarifs du réseau est due à « des investissements massifs dans l’expansion du réseau pour intégrer les énergies renouvelables. » La Transition verte accompagnant l’essor des énergies renouvelables n’en étant qu’à ses débuts, il y a fort à parier que les coûts devraient continuer à augmenter.

En Allemagne, le prix de l’électricité est aux environs de 30 centimes d’ €/KWh pour les particuliers. Ce qui le classe parmi le plus élevé au monde et le premier en Europe selon Handelsblatt.

Ce qui est particulièrement perverti sur le marché allemand, c’est qu’un kilowattheure d’électricité  » peut se vendre en gros à moins de cinq cents  » rapporte Handelsblatt. Cela montre à quel point la tarification est faussée de manière scandaleuse depuis que les énergies renouvelables ont été imposées et que les centrales nucléaires ont été mises hors jeu.

Les prix élevés facturés aux utilisateurs finaux sont devenus une lourde charge pour les particuliers et pour les entreprises à forte consommation d’énergie. Le think tank Agora exige des réajustements et une plus grande transparence dans la politique de prix de l’électricité qui pour le moment demeure… obscure.


Charente : Coulgens Saint-Angeau : avis défavorable du Commissaire enquêteur, le 20 avril 2019


Eoliennes : Protection des Territoires Gâtinais

Éolien: Dossier FED dépréciation immobilière

A lire ici