ÉOLIENNES : ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2022

6 février 2022

ÉOLIENNES : ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2022

Vous trouvez ci-dessous  la lettre que la FED adresse en recommandé aux candidats actuels à l’élection présidentielle.

Les candidats seront aussi contactés par mails et par tous les autres moyens en notre possession

Cette lettre comprend un questionnaire en 12 points et le manifeste qui a été signé par les 16 administrateurs de la FED.

Nous vous suggérons de faire parvenir cette lettre à tous les candidats, aux équipes de campagne et/ou aux groupes politiques de votre connaissance, par tous les moyens que vous jugerez les plus adaptés.

Nous vous recommandons d’ajouter une lettre d’accompagnement personnalisée compte tenu des spécificités locales et régionales de votre combat

Merci de faire parvenir une copie de leur réponses aux formulaire
à la FED : contact@environnementdurable.net

Lettre 

Fédération Environnement Durable
3 rue des Eaux
Paris 75016
contact@environnementdurable.net

à
A Mr Mme  Nom Prénom Titre Candidat à l’élection présidentielle
Adresse
Paris le……                                                            

Madame, (Monsieur),

La Fédération Environnement Durable (FED), structure apolitique, regroupe aujourd’hui 1700 associations et fédérations implantées dans l’ensemble des départements. Elle est considérée comme le pivot de la lutte contre les éoliennes en France. Les recommandations de la FED sont aujourd’hui relayées par environ 4% du corps électoral.

La FED estime que le déploiement de l’éolien industriel, qui s’étend comme une toile d’araignée sur le territoire national et aux larges des côtes, pose un problème d’une exceptionnelle gravité.

Une énergie abondante, fiable et bon marché est la clé du développement futur de la France et la FED estime que l’éolien industriel ne répond pas au problème. Tous les candidats aux présidentielles ont le devoir de se déterminer publiquement sur l’éolien. L’éolien se positionne actuellement comme une des principales composantes du programme de transition autour duquel s’organise l’avenir énergétique de la France.

La FED est convaincue qu’en France, l’éolien est nuisible pour lutter contre le réchauffement climatique, qu’il est le contre-exemple d’une véritable écologie humaine, raisonnée et respectueuse de la biodiversité et qu’il détruit l’économie de notre pays. Il est l’exemple parfait d’un affairisme international débridé où les intérêts privés ont pris le pas sur celui de la nation, au détriment du pouvoir d’achat des français.

Nous vous demandons donc de répondre aux 12 points essentiels suivants concernant les éoliennes terrestres et en-mer.

Vos réponses seront considérées comme intégrées dans votre programme de gouvernement dans le cas vous seriez élu(e).

Nous ne manquerons pas d’en faire une large publicité et nous en informerons tous les électeurs avec qui nous sommes directement en contact.

Nous vous prions d’agréer, Mr Mme  Nom Prénom titre …,  l’expression de toute notre respectueuse considération.

Liste provisoire des 45 candidats aux présidentielles au 31/01/2022

17 connus ( sans compter Emmanuel Macron) ( selon le journal Libération)

Anne Hidalgo

maire de Paris depuis 2014. Elle a été désignée candidate par le Parti Socialiste pour sa première tentative à l’élection présidentielle.

Antoine Waechter

actuellement maire adjoint de Fulleren, ancien leader des Verts et candidat à l’élection présidentielle de 1988. Il se présente via son parti, le Mouvement écologiste indépendant (MEI). Selon lui, «la menace climatique nous impose aujourd’hui le pragmatisme pour tendre vers une société décarbonée».

Christiane Taubira

candidate soutenue par le Parti radical de gauche (PRG) à l’élection présidentielle de 2002, ancienne députée puis ministre de la Justice sous François Hollande.

Eric Zemmour

ancien éditorialiste, a fondé le parti  de droite Reconquête! pour participer à l’élection présidentielle de 2022.

Fabien Roussel

journaliste de formation, député du Nord et secrétaire national du Parti communiste français, il a été désigné candidat pour l’élection présidentielle de 2022. C’est sa première tentative.

Florian Philippot

directeur stratégique de la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2012, devient vice-président du FN, député européen puis conseiller régional dans le Grand Est, avant de fonder son parti Les Patriotes en 2017.

 

François Asselineau

après une carrière de haut fonctionnaire, a fondé l’Union populaire républicaine (UPR) en 2007. Il milite pour la sortie de l’Union européenne, de la zone euro et de l’OTAN. C’est sa troisième campagne présidentielle.

Jean Lassalle

en est à son quatrième mandat de député dans les Pyrénées-Atlantiques. Il a quitté le MoDem et fondé son parti «Résistons !», pour se présenter à la précédente élection présidentielle de 2017, où il a obtenu 1,21% des voix.

Jean-Luc Mélenchon

actuel député des Bouches-du-Rhône, se lance pour la troisième fois dans la course à la présidentielle. En 2012, il a obtenu 11,1% des voix en tant que candidat du Front de gauche. Puis 19,58% en 2017, après avoir fondé La France insoumise.

Jean-Marc Governatori

conseiller municipal écologiste à Nice, secrétaire national de l’Alliance écologiste indépendante, président de Cap-Ecologie. Il s’est déclaré candidat à la présidentielle malgré sa défaite face à Yannick Jadot lors de la primaire des écologistes.

Marine Le Pen

député RN, à la tête du Rassemblement National. Elle a été candidate en 2012, puis 2017, o

Nathalie Arthaud

enseignante en Seine-Saint-Denis, membre de la direction et porte-parole du parti Lutte Ouvrière. Elle a été candidate aux élections présidentielles de 2012 et de 2017.

Nicolas Dupont-Aignan

ancien maire d’Yerres, député de l’Essonne depuis 1997, a fondé Debout La France en 2008 et préside depuis ce parti se réclamant du gaullisme et du souverainisme. Candidat aux élections présidentielles de 2012 et de 2017, il a recueilli 1,79% et 4,70% y des suffrages exprimés.

Philippe Poutou

ex-ouvrier d’une usine Ford, syndicaliste CGT, actuellement conseiller municipal et métropolitain de Bordeaux, est investi pour la troisième fois par son parti d’extrême gauche, le Nouveau Parti anticapitaliste, pour la présidentielle. Il a recueilli 1,15% puis 1,09% des voix en 2012 et 2017.

Pierre Larrouturou

député européen, a fondé le mouvement Nouvelle Donne en 2013 après être passé par plusieurs partis de gauche. Début janvier, il a fait une grève de la faim de sept jours pour réclamer une candidature unique à gauche pour la présidentielle, à laquelle il se présente via la Primaire Populaire.

Valérie Pécresse

successivement ministre de l’Enseignement supérieur, ministre du Budget puis porte-parole sous Nicolas Sarkozy, et actuellement présidente du conseil régional d’Île-de-France. Elle a gagné la primaire du parti Les Républicains face à Eric Ciotti et représentera la droite LR pour cette élection.

Yannick Jadot

encarté chez Europe-Ecologie les Verts depuis 1999, député européen. Il a remporté la primaire des écologistes. En 2017, il s’était retiré en faveur de Benoît Hamon, candidat du Parti socialiste. En 2022, il compte aller jusqu’au bout.

28 moins connus ????

Alexandre Langlois

policier, secrétaire général du syndicat Vigi du ministère de l’Intérieur et candidat sans étiquette, nostalgique de la France d’il y a quarante ans, quand «le libéralisme montrait son meilleur visage» et que l’on pouvait «dire beaucoup de choses sans offenser personne».

Anasse Kazib

cheminot à Paris, syndicaliste SUD-Rail et star de Twitter, fait partie des petits candidats désormais pris au sérieux, avec une candidature soutenue par le mouvement Révolution permanente. Trotskyste, il propose un programme «révolutionnaire pour les travailleurs, la jeunesse et les quartiers populaires».

Anna Agueb-Porterie

militante écologiste de 24 ans qui travaille pour l’association Alliance Citoyenne, est une des deux candidatures estampillées « société civile » de la Primaire populaire. Elle dit vouloir se détacher de la tendance «social-démocrate» des autres profils.

Antoine Martinez

général de l’armée de l’air Martinez, comme le rappellent ses bios, veut une «France ouverte sur le monde mais fidèle à son héritage»

Charlotte Marchandise

consultante en santé publique, ex-adjointe à la mairie de Rennes, avait déjà gagné la primaire citoyenne – ancêtre de la primaire populaire – en 2016, mais n’avait pu obtenir les 500 parrainages.

Clara Egger

porte-parole du collectif Espoir RIC 2022, se présente dans l’unique but de mettre en place le Référendum d’initiative citoyenne (RIC), qui permettrait de faire adopter les lois par les citoyens.

Clément Wittmann

agro écologue et charpentier, militant écologiste depuis les années 80, fait partie du mouvement des «objecteurs de croissance» et tente pour la seconde fois de se présenter à la présidentielle, avec «quelques mesures pour quitter ce monde de brutes».

Corinne Bekaert

cheffe d’entreprise à la tête d’une société proposant des paniers gastronomiques, présente un projet autour du slogan «Osons la différence» et d’un site sur lequel tout le monde peut venir apporter sa contribution au programme.

Fabrice Grimal

se présente comme candidat des gilets jaunes. Entrepreneur dans l’événementiel depuis quinze ans, il est décrit par son mouvement politique, La concorde citoyenne, comme un «gaulliste social qui ne supporte plus de voir son pays poursuivre sa chute effrénée».

Fadi Kassem

secrétaire national et candidat du Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF), mène campagne pour une «Alternative rouge et tricolore». Il est partisan d’un «frexit progressif» afin de «reconquérir la souveraineté nationale pleine et entière».

Gaspard Koenig

philosophe et écrivain, a créé le mouvement politique «Simple» au printemps 2021, estimant que «la France est enfermée dans une prison bureaucratique».

Georges Kuzmanovic

conseiller de Mélenchon en 2017, a quitté La France insoumise l’année suivante en invoquant des divergences, puis fondé son propre parti, République souveraine, dont le slogan est «Avec de Gaulle et Jaurès».

Gérard Pignol

«candidat inattendu» selon la bannière de son compte Twitter aux 12 abonnés, a annoncé sa candidature en chanson sur Youtube, son seul moyen de communication.

Gildas Vieira

ex-adjoint au maire de Blois, où il réside, a été candidat aux élections municipales de 2020, puis départementales et régionales de 2021. Sans étiquette, il a créé le mouvement citoyen «La France autrement», dont le site et la page Facebook sont inaccessibles depuis plusieurs jours.

Gilles Lazzarini

informaticien et militant écologiste qui, ne se reconnaissant plus du tout dans la politique menée par son pays, a décidé de fonder le Parti politique pour la paix et la protection de la planète (P5), «pour donner naissance à une “France Nouvelle”».

Hélène Thouy avocate attitrée de l’association antispéciste L214 et co-présidente du Parti animaliste depuis sa création en 2016, commence aussi à se faire un nom. Elle a conduit une liste aux élections européennes de 2019 qui a obtenu 2,2% des suffrages.

Luc Laforets

se présente comme ingénieur en informatique et fondateur de l’initiative «Une Perspective – la VIe République (1P6R)» qui doit permettre, grâce à son élection, de «réorienter la démocratie pour échapper à la barbarie et ouvrir un avenir bonifié».

Marie Cau

est connue pour être la première femme transgenre élue maire en France, en 2020 à Tilloy-lez-Marchiennes, mais ne se considère pas comme une militante de la cause LGBT, selon ses propos chez BFMTV. Elle souhaite se positionner en dehors de l’échiquier droite-gauche.

Martin Rocca

étudiant de 21 ans, se présente car il «ressent avant tout un besoin d’agir». Pour lutter contre le changement climatique, il veut «concilier un élargissement du domaine de l’intervention étatique avec le respect des libertés individuelles». Le slogan de son mouvement Constituante 2022 : «Ni parti ni programme, juste la démocratie».

Nagib Azergui

a fondé l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) suite «au constat tragique que le “musulman” était devenu un argument électoral majeur et récurent dans la vie politique de notre pays». Il souhaite aborder les problèmes de fond en «dés-islamisant» ces débats stériles.

Philippe Furlan

n’a pas de parti mais une devise : «Pour une France sans impôts, pour une France heureuse».

Philippe Mazuel

ex maire-adjoint d’une petite commune de la Somme, se présente via son Parti des citoyens européens (Pace) dont l’objectif est de «participer activement, au travers de l’UE, à la construction d’une société internationale plus pacifique, plus respectueuse de l’environnement, plus prospère, plus juste sur le plan social et plus démocratique».

Rafik Smati

entrepreneur et chef d’entreprise, veut «reconstruire le pays et le projeter dans l’avenir». Il dit avoir travaillé «depuis plus de quatre ans» avec les équipes de son mouvement Objectif France, «sur ce qui est aujourd’hui le projet le plus construit, le plus solide de tout le paysage politique français».

Serge Tinland

n’a jamais été contacté par les médias, alors ce petit candidat qui se présente pour la seconde fois, a écrit à 20 Minutes pour comprendre cette différence de traitement. Il veut une «démocratie participative basée sur l’économie sociale et solidaire», estimant qu’il est temps «que le pouvoir revienne au peuple».

Stéphane Tauthui

élu municipal à Malakoff, dans les Hauts-de-Seine, souhaite «rassembler notre peuple, celui de l’Hexagone et des Outre-mer, autour d’une ambition commune : celle de la République pour tous et de tous», ainsi que «redorer l’image de la France sur la scène européenne et internationale».

Stéphane Wendlinger

professeur de math dans l’enseignement secondaire, se dit déçu de l’offre politique depuis 1993. «Candidat citoyen et indépendant», il n’a ni parti ni slogan mais présente sur son site les 23 mesures de son programme en vidéo.

Stéphanie Rivoal

ex-Présidente d’Action contre la Faim et ancienne ambassadrice de France en Ouganda, propose un programme de 250 pages construit avec une centaine de concitoyens, sous le slogan «Agissons».

Yvan Benedetti

élu local du Front national pendant plus de dix ans, exclu du parti en 2011

********************

Cordialement
Jean-Louis Butré
Président
Fédération Environnement Durable
http://environnementdurable.net
contact@environnementdurable.net