PARCE QUE LA POPULATION ET SES ELUS ONT TENUS BONS PENDANT 10 ANS, ILS ONT GAGNE!…..

26 janvier 2022

PARCE QUE LA POPULATION ET SES ELUS ONT TENUS BONS
 
PENDANT 10 ANS,

 

ILS ONT GAGNE!…..

 

Yvelines :
 
la justice met fin au projet d’éoliennes à Prunay

 
https://www.lesechos.fr/pme-regions/ile-de-france/yvelines-la-justice-met-fin-au-projet-deoliennes-a-prunay-1380517?fbclid=IwAR3QXF54mTqHVzEDksKurOGtl7yNllm1EYvIPM8__7SxSIXQeXoUtKIcVqc
 

La cour administrative d’appel de Versailles a confirmé l’interdiction d’installer quatre éoliennes sur la commune de Prunay, projet qui suscitait l’hostilité d’agriculteurs et d’habitants. L’abandon du dossier s’ajoute à la liste déjà longue, dans les Yvelines, des projets de champ éolien ayant capoté.

 

Par Alain Piffaretti

Publié le 20 janv. 2022 à 10:27Mis à jour le 23 janv. 2022 à 17:41

 

Après plus de dix ans d’une longue bataille juridique et plusieurs rebondissements, la cour d’appel administrative de Versailles a mis un terme, a priori définitif, au projet de quatre éoliennes sur un plateau agricole dans la commune de Prunay. La juridiction a confirmé le 16 décembre 2021, la décision du tribunal administratif de Versailles validant l’arrêté du préfet des Yvelines de juillet 2018. Cet arrêté interdit le projet d’éoliennes.

Le jugement a suscité la satisfaction des élus locaux et de la parlementaire de la circonscription Aurore Bergé (LREM) qui soutiennent les opposants au projet. Anne Cabrit, maire d’Orsonville, conseillère régionale et présidente de l’Agence des espaces verts d’Ile-de-France s’était également opposée à cette implantation. Annoncée en 2012 et portée par Prunay Energie (société JP Energie), l’installation des éoliennes s’est rapidement heurtée à l’opposition d’agriculteurs, d’habitants de Prunay et des communes voisines d’Ablis et d’Orsonville, ainsi que d’associations environnementales. Ces derniers soutenus par des élus ont manifesté à de nombreuses reprises leur volonté d’empêcher l’arrivée du champ d’éoliennes.

 

L’armée s’oppose

Face à l’hostilité, l’opérateur a accepté en 2017 de passer de dix à quatre éoliennes et d’abaisser la hauteur de 150 à 135 mètres. Mais en 2018 le ministère des Armées a émis un avis défavorable au projet, estimant que celui-ci est susceptible de nuire à la sécurité des vols d’entraînements des avions et des hélicoptères de l’armée de l’air. La préfecture des Yvelines s’est basée sur cet avis pour adopter l’arrêté s’opposant à la réalisation du projet.

L’abandon du dossier s’ajoute à la liste déjà longue, dans les Yvelines, des projets de champ éolien ayant capoté. C’est le cas notamment à Epône, Blaru, Crespières, Flacourt ou encore Hargeville. Sur l’ensemble du département, seule la commune d’Allainville-aux-Bois accueille à ce jour des éoliennes (cinq appareils de 150 mètres de haut) sur son territoire.

Alain Piffaretti